Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pantopolis.over-blog.com

théorie politique

Disparition du camarade Paolo Turco, mai 2017, Cividale del Friul

Publié le 11 Juin 2017 par Philippe Bourrinet

TURCO (Paolo), né en 1942 à Cividale del Friuli (Udine). Adhérent de «Programma comunista» depuis 1962, il fut formé tout jeune par Luigi Danielis, qui lui communiqua revues et journaux (Bilan et Prometeo) de la gauche italienne dans l’émigration en France et en Belgique.

Vers le milieu des années 1970, il poussa constamment dans le sens d’une collaboration fraternelle avec les autres groupes de la Gauche communiste internationale, favorable à des rencontres entre les deux PCInt, «Battaglia» et «Programma comunista», mais aussi le CCI, nouvellement créé, et le FOR de Grandizo Munis.

Il fut en décembre 1977 le moteur d’une scission qui entraîna derrière lui l’intégralité de la section de Cividale du Frioul ainsi que d’autres sections. De cette scission naquit le Nucleo comunista internazionalista (NCI). De 1977 à 1979, il publia cinq numéros de la revue ronéotypée Partito e Classe, «Rassegna e battaglie del marxismo rivoluzionario», qui faisait référence à Bilan et à la gauche italienne dans l’émigration.

Il participa à la Troisième «Conférence internationale de la Gauche communiste», tenue à Paris les 17 et 18 mai 1980, organisée conjointement par le CCI et le PCInt (Battaglia Comunista). C’est lui qui représenta les Nuclei Leninisti Internazionalisti (NLI), qui venaient de fusionner avec le groupe local éponyme Il Leninista. Tout en soulignant l’apport de la sinistra comunista italiana dans l’émigration, qui rejetait les luttes de libération nationale, l’organe du groupe, Partito e Classe (nouvelle série), juillet 1981, défendait une vision léniniste de la révolution prolétarienne, matinée de tiermondisme. La vision restait en fait très proche des thèses de Bakou de septembre 1920 sur la «lutte internationale anticapitaliste, en premier lieu dans les aires immenses des ‘peuples de couleur’ qui, au cours de tout cet après-guerre se sont soulevées avec la force du désespoir contre la domination impérialiste… Nous révolutionnaires d’Occident (en suivant ce que disait l’Internationale communiste dans ses thèses de Bakou), nous devons savoir évaluer et ‘comprendre’ la ‘légitime’ défiance de ces peuples envers le prolétariat métropolitain, étant donné que celui-ci apparaît aux yeux de ces peuples comme lié – et complice dans certains cas – à l’impérialisme occidental… »

Par la suite, la fusion des Nuclei leninisti internazionalisti de Milan et du Centre d’initiative marxiste de Naples donna naissance à l’Organisation communiste internationaliste «Che fare?».

En raison de l’évolution de l’OCI, le noyau autour de Paolo Turco s’en sépara en reprenant en 2007 l’appellation originelle de NCI.

La divergence qui nécessitait une séparation était une fois de plus la «question nationale» dans le «monde arabo-musulman» telle que représentée par différentes tendances léninistes.

L’OCI a titré en janvier 2015, dans son organe Che Fare ? : «Contre l’agression des puissances occidentales contre les masses laborieuses du monde arabo-islamique! » et «Palestine vaincra !».

Il en va tout autrement du NCI, qui le 16 février 2015, reprenait les Thèses sur les tâches de la social-démocratie de Rosa Luxemburg, de janvier 1916 : «La première tâche du socialisme est la libération spirituelle du prolétariat de la tutelle de la bourgeoisie, tutelle qui se manifeste par l’influence de l’idéologie nationaliste. L’action des sections nationales, tant au Parlement que dans la presse, doit avoir pour but de dénoncer le fait que la phraséologie traditionnelle du nationalisme est l’instrument de la domination bourgeoise. Aujourd’hui, la seule défense de toute liberté nationale effective est la lutte de classe révolutionnaire contre l’impérialisme. La patrie des prolétaires, dont la défense prime tout, c’est l’Internationale socialiste».

Paolo Turco est mort à Cividale del Friul en mai 2017, regretté par tout le milieu révolutionnaire internationaliste italien. Son organisation (Nucleo comunista inernazionalista) a résumé ainsi le vide que laisse la disparition de Paolo Turco :

Le vide que laisse dans notre très petit Noyau ainsi que, de façon plus générale, dans le mouvement communiste internationaliste auquel il a consacré une vie entière toute son énergie est un vide qui nous semble impossible à combler.

“Il est l’un de ces militants qui avec une rigueur et une discipline exemplaires se sont tenus absolument à l’écart d’une personnalisation aussi vaine que stupide (Paolo avait une forte personnalité, était doté d’un esprit très vif et d’une immense culture),  qui ont su recueillir les témoignages du communisme authentique, dans les moments dominés par les forces de la contre-révolution, des précédentes générations de révolutionnaires, celles d’un Amadeo Bordiga pour ainsi dire transmettre un patrimoine vivant aux nouvelles générations, à la révolution prolétarienne qui resurgira”.

 

Sources : Comitato tecnico internazionale, Bulletin de préparation de la IIIe conférence des groupes de la gauche communiste n° 1, Milan, 1980, suppl. à Battaglia Comunista n° 15. – CCI, IIIe conférence des groupes de la gauche communiste Textes préparatoires, Bulletin n° 2, Gilles Tautin, Paris, 1980, suppl. à Révolution internationale n° 71. – PCInt Battaglia Comunista, Communist Workers Organisation (CWO), Terza conferenza internazionale della sinistra comunista. Verbali, Milan, Ed. Prometeo, 1980. – CCI, IIIe conférence des groupes de la gauche communiste. Procès-verbal, Gilles Tautin, Paris, 1981, suppl. à Révolution internationale n° 81. – Groupe communiste L’Éveil internationaliste, Textes pour la 3e conférence internationale, avril 1980. – Partito e Classe, Rassegna e Battaglie del Marxismo Riv., Nuclei leninisti internazionalisti, Milan, s.d. (juillet 1981). – Sandro Saggioro, In attesa della grande crisi, op. cit., 2014 – Che fare ? giornale dell’Organizzazione Comunista Internazionalista (OCI), Che fare n° 81, déc. 2014-avril 2015 : http://www.che-fare.org/. – Nucleo comunista internazionalista : http://www.nucleocom.org/– Il pane e le rose: Nel vivo ricordo del compagno Paolo Turco, 28 maggio 2017:  http://www.pane-rose.it/files/index.php?c3:o50062:e1 – “Il compagno Paolo ci ha lasciato”, http://www.nucleocom.org/archivio/archivionote/paolo.htm

Commenter cet article