Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pantopolis.over-blog.com

théorie politique

Nationalbolchevisme grec

Publié le 20 Juin 2017 par pantopolis

Nous avons reçu ce courrier d'un groupe grec qui a rompu avec la tendance communiste internationaliste (TCI).

Ce groupe s'est trompé d'adresse. Comme Jaurès, ce feu groupe "internationaliste" confond patriotisme et internationalisme. Il fait même de l'internationalisme l'apanage de la bourgeoisie internationale (sic), du patriotisme la propriété des "insoumis" de tous les  pays contre la "mondialisation". Le patriotisme de Jean-Luc Mélenchon fait partout des adeptes de la France à la Grèce. Il n'est rien d'autre qu'un remugle du populisme le plus éculé.

A noter que ce groupe grec reprend finalement la vieille opposition faite par Castoriadis de Socialisme ou Barbarie entre "ceux d'en haut" et "ceux d'en bas". Une telle théorie n'est rien d'autre qu'une idéologie populiste.

Les vrais internationalistes ne mangent pas de ce pain rassis de la bourgeoisie. Ils proclament leur volonté inébranlable de vivre et de mourir pour la révolution prolétarienne mondiale, de travailler  à la disparition finale de toutes les patries, de toutes les nations. Alors surgira  une vaste communauté mondiale, libérée de toute exploitation de l'homme par l'homme, du travail par le capital, où le capitalisme national et/ou mondialisé ne sera plus qu'un mauvais souvenir.

Pantopolis, 20 juin 2017.

Lettre d'un membre du groupe grec, 13 juin 2017

 

...le contexte historique a changé depuis. 

Le paragraphe de notre éditorial... donne une bonne image de la situation actuelle:

«  Dans le tourbillon des contrastes aigus et les contradictions explosives de la mondialisation financière actuelle des marchés internationaux se fait émerger à nouveau la nation en tant que sujet politique dans l'ère moderne mondiale. La nation, sous son statut dominant étatique, apparaît actuellement comme la entité politique minimum par laquelle les diverses sociétés domestiques peuvent construire des identités collectives, formuler des revendications communes et articuler des projets collectives dans la société mondiale ».

Donc, c’est très important poser la question du contenu spécifique de l'internationalisme révolutionnaire à notre époque, l'ère de l'œcuménisme néo-libéral des «marchés ouverts» et de l'économie mondiale de la dictature financière, qui s'accompagne de la demande d'un démocratisme de masse libéral et des notions dogmatiques des droits «humains» et d'un totalitarisme dont les principes les plus élevés sont l'individu et ses droits, visant à détruire les identités sociales collectives et à la transformation de l'humanité à une foule mondiale des esclaves individualistes du capital.

Dans notre époque l’internationalisme est l’idéologie qui a adopté le Système lui-même.  

Et bien-sûr ça ne signifie pas je ne suis pas en faveur du chauvinisme. Mais de l’autre côté, je ne suis pas du tout en faveur de l’abolition des nations.

En plus l’Etat n'est pas la patrie. Le patriotisme politique est une expression déformée à cause d'une fausse abstraction, toujours au profit d'une minorité d'exploiteurs. Une patrie représente le droit incontesté de chaque être humain, chaque groupe humain, communauté, région et nation à vivre, à sentir, à penser, et d'agir à sa manière et il est toujours le résultat incontesté d'un long développement historique.

Comme il commence à émerger, la crise de la mondialisation se fait induire de profonds clivages dans le régime bourgeois et a déclenché des processus sociaux, les quelles, peu importe la façon dont ils sont exprimés aujourd'hui, dans l'avenir ils peuvent peut-être être manifestés dans la formation de nouveaux mouvements révolutionnaires combinant la souveraineté nationale et l'identité culturelle avec les exigences de la justice sociale et le socialisme communautaire. Ces mouvements peuvent être assemblés en dehors des partis bourgeois multicolores et contre eux, en battant le vieux dipôle horizontal droite-gauche, qui, par ailleurs, a perdu son importance, et qui est en train d’être remplacé par un contraste vertical entre les uns « d’en haut » et les autres « d’en bas ».
C’est pour cette raison que nous avons décidé de nous occuper de cette thématique très importante. Dans notre magazine nous avons essayé de l’aborder et l’éclairer à travers des différents points de vue, et donner notre contribution aussi.

Commenter cet article