Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
pantopolis.over-blog.com

théorie politique

Autour d'un bilan de la théorie de la communisation

Publié le 26 Juin 2019 par pantopolis in Histoire

Nous publions ci-dessous cet hommage très humain rendu par Roland Simon d'un camarade et ami du mouvement communisateur : Christian Charrier. L'article donne une vue très partielle de la réflexion post-68 sur les perspectives du communisme, telles qu'elles ont été abordées de points de vue aussi divers que ceux de Roland Simon (Théorie communiste), Christian Charrier (La Matérielle) et Bruno Astarian.

Nous aurons l'occasion de revenir sur les différentes théories de la communisation, dont les points faibles sont bien le refus de considérer le prolétariat comme sujet de l'histoire, un culte de révoltes aussi impressionnantes que vaines, un spontanéisme exaspéré faisant de la communisation un mouvement plongé dans un immédiat sans perspectives finales, où l'absence d'organisation des masses en révolte et la négation de l'organisation politique révolutionnaire sont présentés comme le modèle absolu. Dans ce mouvement "spontané", les problèmes de la destruction rapide de la nature et de l'humanité par le Capital sont quasiment tenus comme des épiphénomènes négligeables.

A l'analyse matérielle d'une situation devenue ultra-catastrophique, le "mouvement communisateur" tend à substituer à l'action révolutionnaire des masses, dans le bruit et la fureur d'une révolution mondiale, le doux rêve utopique de la constitution de phalanstères communistes s'étendant comme des tâches d'huile à la faveur de vagues de "révolte" contre les effets du Capital, et non contre le Capital lui-même.

Pantopolis.

 

 

Une disparition : Christian  Charrier

 

Né en janvier 1950, Christian Charrier obtient à quatorze ans un premier accessit de trombone à coulisse du conservatoire de Marseille. Dans le quartier des cheminots de la Blancarde, il entre aux «Jeunesses communistes» et s’en éloigne en Mai 68. Alors que je participe aux Cahiers du communisme de conseils, nous nous rencontrons à l’automne 68, il est vite introduit dans le groupe que, bien frottés de situationnisme et allergiques au léninisme, nous quittons ensemble au moment de sa fusion avec Révolution internationale. Ensemble nous  réalisons les  deux  numéros d’Intervention communiste (1972-1973) où, dans l’air du  temps, il est question de «vie quotidienne», d’«être générique» et d’«aliénation». Nous commençons avec le supplément à la revue baptisée Bulletin communiste l’élaboration du concept  de programmatisme et sa critique.

 

Puis, avec deux ou trois copains, ce sont, en 1976-1977, les débuts de Théorie communiste après des discussions infructueuses avec les camarades de Négation en vue d’une publication commune. Dans les années  1980, Charrier  participe  à l’élaboration  de  tous  les fondamentaux de Théorie communiste (critique du programmatisme, restructuration du mode de production, contradiction prolétariat/capital, nouveau cycle de luttes, etc.) tout en rédigeant des scenarios de bandes dessinées sur fond d’intrigues romaines et vaticanes mises en images par Michel Jans aux éditions Mosquito. À la fin de ces longues années 1980, il trouve que la production théorique n‘est plus pertinente dans le contexte social du moment, qu’elle tourne au systématisme et se sert à elle-même de référent. Il s’éloigne de Marseille et part vivre à Paris. Nous continuons à correspondre et à nous voir régulièrement, il reproche de plus en plus à TC son «systématisme» et sa «spéculation».

 

En 1998, avec Bruno Astarian, ancien de Négation, il produit l’unique numéro de la revue Hic Salta. II s’agit d’approfondir la critique du programmatisme, d’analyser la période présente en prenant en compte la possibilité de rapports sociaux, humains et à la nature «qualitativement différents du travail». Mais dès le texte introductif de la revue apparaissent deux options : « Ce n’était pas tant la propriété ou le salariat — le fait de devoir vendre sa force de travail à un patron —, qui faisait problème, mais bien le travail lui-même en tant que tel, c’est-à-dire  comme  modalité  essentielle  du rapport de l‘homme à la nature. Pour d’autres la question devait être abordée directement du point de vue des classes». Entre, d’une part, ce que Charrier qualifiera dans La Matérielle, chez Bruno Astarian, de «spéculation téléologique» sur le concept de travail et, d’autre part, ses propres préoccupations, la poursuite d‘un travail commun s’éteint.

 

Annonçant les thèses de La Matérielle, Charrier dans Hic Salta s’attache  à exposer que : «Le mode de production capitaliste (MPC) est avant tout un rapport social de subordination du prolétariat par la classe capitaliste. Ce rapport social vise à extorquer du surtravail». Et : «En mettant en exergue la problématique  de la  subordination, on ouvre la voie d’une ‘phénoménologie’ de la lutte de classes qui dépasse aussi bien les platitudes sociologiques que la mécanique marxiste en unifiant l‘ensemble des phénomènes sociaux au niveau de la contrainte au surtravail — essence de la subordination».

 

Entre 2002 et 2006, de retour à Marseille après un séjour napolitain, Charrier tient un site web, La Matérielle, sur lequel il rédige tous les textes réunis dans le volume publié en 2018 par Entremonde (collection «Senonevero»). C’est l’aboutissement de toute sa réflexion depuis son éloignement de TC et la relecture critique de tout un itinéraire théorique depuis 1968. Reprenant la thèse du programmatisme, et poussant sa critique à ce qui lui parait son point ultime, dans La Matérielle, Charrier développe une idée unique et simple : toutes les théories de la révolution prolétarienne depuis Marx reprennent à leur compte toutes les catégories de la spéculation hégélienne, y  compris les théories radicales de l’apres-68 qui parlaient de la révolution comme communisation immédiate de tous les rapports sociaux dans une abolition de l’État, de la marchandise, de la division du travail et de l‘échange. Il affirme que la lutte des classes «se fout de La Contradiction  et de La Fin de l‘histoire» et que la classe prolétaire n’est pas «Le Prolétariat».

 

Depuis Marx, le Prolétariat comme Sujet n’était qu’une représentation fondée sur le syllogisme du passage de la classe en soi à la classe se constituant pour soi (Misère de la Philosophie), «donc en Parti» (Le Manifeste). Aujourd’hui, la lutte des classes est l‘affrontement d‘intérêts immédiats liés à la reproduction des protagonistes à l‘intérieur non pas de l‘essence du mode de production mais de ses formes d‘apparition. C’est ainsi « et l’on en reste là, sans chercher ce que la lutte des classes peut cacher, signifier, manifester » sous la forme toujours spéculative d’un sens de l‘histoire dont devait être porteur non pas la classe prolétaire mais sa représentation dans le  «Concept  de  Prolétariat»  ou  dans  la «Contradiction  du  capital à  lui-même».

 

Notions spéculatives qui contenaient toujours leur fin dans leur développement et dont les prolétaires réellement existant  et agissant n‘étaient que les ombres chinoises.

 

Après La Matérielle et une participation épisodique aux débuts de la revue Meeting (2004) qui essayait de poser  les bases et les problèmes d‘une « théorie de Ja communisation», Charrier décide de ne plus bouger du village ardéchois de ses origines familiales entre le Tanargue et le Serre, le long de la Baume. II peint, raffine ses préparations culinaires, lit énormément, rédige des notes sur l’histoire de la philosophie, surtout antique et médiévale, sur les modes de production tributaire, rédige pour ses amis des romans policiers sur fond de châtaigniers, publie aux éditions Mosquito un choix de chansons napolitaines illustrées par Baudoin. En 2013, le cancer l‘attrape, il n‘en parle jamais.  En  2016,  le 14 juillet, nous sommes finalistes du concours de pétanque du village. En 2017-2018, je l‘aide à finaliser la publication de La Matérielle avec cette postface en réalité inachevée. Avec des hauts et des bas, des joies et des amertumes, en septembre 2019, cela aurait fait cinquante ans que nous étions amis.

Roland Simon*.

 

* «Disparition», in Échanges n° 167, Paris, printemps 2019, p. 65-66.

Commenter cet article