Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
pantopolis.over-blog.com

théorie politique

tract du Prolétaire : "retraites" : Pour la lutte de classe ouverte contre les attaques capitalistes !

Publié le 9 Décembre 2019 par Le Prolétaire

La classe capitaliste aboie violemment contre les prolétaires en grève à travers ses médias aux ordres du Capital. Ces chiens de garde, cette engeance, ne se taira qu'avec la disparation du système qui les nourrit.

Quelques exemples en photos, tirés d'Europe1, CNews, LCI, Canal+, BFMTV (sans parler des autres tout aussi zélés) :

Couverture du Parisien libéré : "Père noël, on veut des trains!"

palmarès des éditorialistes bourgeois en 2019.

Un pavé dans la télé?

Source : Médiacritiques n° 34, janvier-mars 2020

 

Pantopolis.

tract du Prolétaire : "retraites" : Pour la lutte de classe ouverte contre les attaques capitalistes !
tract du Prolétaire : "retraites" : Pour la lutte de classe ouverte contre les attaques capitalistes !
tract du Prolétaire : "retraites" : Pour la lutte de classe ouverte contre les attaques capitalistes !
«Réforme» des retraites :
Pour la lutte de classe ouverte contre les attaques capitalistes !

 

La « réforme » du système des retraites n’est que la dernière en date des attaques capitalistes qui se succèdent continuellement depuis  des années, chacune allant plus loin que la précédente. Sans remonter à 2003 ou à 2010, quand était passée l’augmentation de la durée des cotisations avec l’accord explicite de certains syndicats (CFDT) et le sabotage des autres (journées d’action à répétition), il suffit de rappeler la loi El Khomri instaurée par un gouvernement de gauche. La cause de ces attaques incessantes n’est pas la méchanceté des gouvernants, mais le besoin du capitalisme de restaurer ou de maintenir ses taux de profit mis à mal par les crises économiques et la concurrence sans cesse croissante sur le marché mondial. Il lui faut  pour cela accroître l’exploitation capitaliste par la baisse du salaire réel, l’intensification du travail, la liquidation des entreprises les moins rentables, etc. Qu’ils soient «de gauche» ou «de droite» les différents gouvernements ont pour credo la défense du capitalisme national et ils ne peuvent donc qu’accéder aux demandes des cercles capitalistes les plus puissants. Le MEDEF, inquiet des rumeurs sur une possible remise en cause de l’attaque contre les retraites, a ainsi rappelé publiquement à l’ordre le gouvernent dans une conférence de presse le 11/9. Le message a été reçu 5 sur 5 : le premier ministre a assuré peu après qu’il ne reculerait pas.

 Les pensions de retraite représentent en effet, comme les autres charges sociales, ce que l’on appelle du «salaire différé» – une part du « salaire réel » qui n’est pas versée directement aux salariés, mais qui est «socialisée» pour subvenir aux différentes dépenses sociales. L’attaque sur les pensions de retraite n’est donc pas due à un simple problème financier de retrouver l’équilibre des comptes ; elle fait partie de l’attaque sur les salaires au même titre que l’attaque contre les prestations de  chômage ou autres. Pour les capitalistes les prolétaires sont toujours trop bien payés ; et ils trouvent cela particulièrement scandaleux quand il s’agit de prolétaires dont ils ne peuvent plus tirer de profits, soit parce qu’ils sont à la retraite (1), soit parce qu’ils sont dans l’incapacité de travailler !

Le gouvernement prétend être motivé par un souci d’égalité en voulant supprimer les « régimes spéciaux » de retraites, alors que cela fait partie de son attaque anti-ouvrière. Autrefois ces régimes spéciaux avec les statuts  particuliers qui vont avec, avaient été accordé à certaines catégories de travailleurs dans des secteurs jugés « stratégiques » comme les transports : il s’agissait d’obtenir la paix sociale en accordant des « garanties » à ces travailleurs. Mais sous le capitalisme il n’existe aucune garantie durable pour les prolétaires, et les bourgeois veulent aujourd’hui reprendre ce qu’ils avaient hier concédés à contre-cœur…

 

POUR VAINCRE LES TRAVAILLEURS DOIVENT PRENDRE LEUR LUTTE EN MAIN !

 

Mis à part la CFDT qui soutient l’attaque gouvernementale, les autres syndicats affirment qu’ils vont s’y opposer, y compris par une lutte dure. Même si on avait oublié comment ils ont saboté les luttes passées, il faudrait cependant constater que non seulement ils n’ont rien fait pour préparer la lutte actuelle, préférant jouer la comédie de la concertation avec le gouvernement, mais qu’en outre ils ont laissé deux mois pour que ce soit celui-ci qui se préparer à la grève du 5/12 ! Pendant ce temps ils ont saucissonné la mobilisation en multipliant les « ournées d’action» catégorie par catégorie. Pire ils présentent la position du gouvernement comme «une attitude idéologique» et un refus de «l’écoute et du dialogue» (2). Mais ce sont les intérêts capitalistes et non l’idéologie qui motivent le gouvernement ! Et ce n’est pas par l’écoute et le dialogue qu’on peut s’opposer à ces intérêts, mais uniquement par une lutte véritable.

Les directions syndicales, grands organisateurs des défaites ouvrières, se préparent à jouer une nouvelle fois la comédie de la lutte, peut-être par des journées d’action à répétition ou en laissant isolés les secteurs les plus combatifs, comme ils l’ont encore fait lors de la grève d’octobre des cheminots de Châtillon (Hauts de Seine). Pour contrer leur sabotage, les travailleurs doivent prendre leur lutte en main ; ils doivent lui donner une orientation de classe, résolument anticapitaliste, en revenant  aux moyens et aux méthodes de classe : grève illimitée et sans préavis, organisation indépendante de la lutte, comités de grève élus et révocables, piquets de grève ou occupation des locaux pour arrêter effectivement l’activité, extension du mouvement aux autres entreprises, etc.

Essayer de pousser les appareils syndicaux à une grève générale (ou à une «grève interprofessionnelle reconductible», comme on dit dans le jargon des chefs syndicaux) n’est pas une solution si ce sont toujours leurs orientations non classistes qui dominent.

 

Ce qui est indispensable pour que la grève prenne toute sa force, c’est la rupture avec les orientations légalistes et collaborationnistes et les méthodes défaitistes des appareils syndicaux ;  cela seul peut permettre de constituer un rapport de forces suffisant pour faire reculer un gouvernement redoutant précisément que ces piliers de la collaboration de classe et de la paix sociale perdent le contrôle des luttes.

 

Pour l’augmentation générale des salaires, des pensions et de tous les minima sociaux !

Pour la diminution de l’âge du départ à la retraite !

Pour l’organisation de classe indépendante !

Pour la reprise de la lutte de classe anticapitaliste !

Pour la révolution communiste internationale !

 


 

(1) Selon un rapport d’un organisme spécialisé publié à la fin de cet été le système français des retraites se situerait, pour ce qui est du rapport entre la pension et le salaire antérieur, derrière le Chili et la Malaisie et juste devant le Pérou – pays qui ne font pas partie des plus riches de la planète !

(2) Communiqué CGT du 26/11. Dans ce même communiqué la CGT se vante d’avoir rencontré 22 fois le gouvernement depuis décembre 2017. A quoi a servi cette rage du dialogue ?

 

 

Parti Communiste International

30 novembre 2019

www.pcint.org

C'est bien volontiers que nous publions cette prise de position du "parti communiste international" le Prolétaire à propos de la lutte générale en cours des travailleurs des transports depuis le 5 décembre en France.

Le point important de ce texte est le suivant : "Ce qui est indispensable pour que la grève prenne toute sa force, c’est la rupture avec les orientations légalistes et collaborationnistes et les méthodes défaitistes des appareils syndicaux ;  cela seul peut permettre de constituer un rapport de forces suffisant pour faire reculer un gouvernement redoutant précisément que ces piliers de la collaboration de classe et de la paix sociale perdent le contrôle des luttes."

Sans  "une organisation de classe indépendante" des partis capitalistes et des syndicats de collaboration de classe, sans une "reprise REELLE de la lutte de classe anticapitaliste" au NIVEAU MONDIAL, la voie restera barrée à une élimination RADICALE du monstrueux système capitaliste qui plonge le monde dans sa propre destruction programmée.

 

Pantopolis

Commenter cet article