Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
pantopolis.over-blog.com

théorie politique

Des peuples de couleur d'Otto Freundlich au métissage mondial du communisme

Publié le 28 Juillet 2020 par PB/Pantopolis

Otto Freundlich, 1935, Hommage aux peuples de couleur, 1935, mosaïque en hommage à la population éthiopienne sauvagement massacrée, bombardée et gazée en 1935 par l'armée impérialiste du Duce Mussolini.

Otto Freundlich, 1935, Hommage aux peuples de couleur, 1935, mosaïque en hommage à la population éthiopienne sauvagement massacrée, bombardée et gazée en 1935 par l'armée impérialiste du Duce Mussolini.

Otto Freundlich (1873-1943), d'origine juive, mais d'éducation protestante, fut le peintre de l'abstraction colorée, marqué par Kandinski, Paul Klee, Kupka, Robert Delaunay et Pablo Picasso. Il devint un pacifiste ardent avec l'éclatement de la guerre de 1914. Marqué par la Révolution russe d'octobre 917 puis par le mouvement spartakiste de 1918–1919, il se revendiqua du socialisme. À Berlin, il fréquenta entre autres Raoul Hausmann, Hannah Höch et Otto Dix, membres du Club Dada.

Son hommage de 1935 aux "Peuples de couleur" peut être considéré comme un appel au métissage de tous les peuples, un métissage de couleurs qu'il pratiquait quotidiennement dans son art. Considéré comme un "peintre dégénéré" par le pouvoir hitlérien, il put  pendant la guerre se réfugier dans les Pyrénées grâce à l'aide de Picasso. Dénoncé par un voisin comme "juif allemand", il tomba entre les griffes nazies en 1943. Déporté au camp d'extermination de Sobibor, il fut aussitôt gazé.

L'appel au métissage d'Otto Freundlich doit être mis en parallèle à cet appel au métissage proclamé par la Gauche communiste internationaliste, en particulier la Gauche communiste de France (GCF), face au racisme du régime vainqueur (dans la guerre) de l'Afrique du Sud du général Smuts, l'un des fondateurs de la SDN et de l'ONU!!!

Pierre Bessaignet, membre de la GCF, ethnologue et anthropologue, manifesta tout au long de son activité et militante et scientifique un intérêt constant pour le métissage, seule voie pour combattre le racisme. Ce racisme, il l’avait déjà dénoncé en 1948 dans Internationalisme, l'organe de la GCF, à propos du régime sud-africain du field marshal et premier ministre Jan Smuts. Plus tard, dans un article publié dans l’Encyclopedia Universalis, Bessaignet appela à une fusion de tous les peuples, seule manière de répondre aux grandes mutations de la civilisation humaine assurant sa survie :

 

  • « …une humanité qui résulterait d’une fusion des peuples qui la composent serait… mieux apte aussi à s’accommoder des bouleversements que, sur le plan social, l’époque lui réserve, voire à les susciter. Par leur situation à l’écart des cadres établis, les groupes issus des mélanges ont toutes les chances d’être à la pointe des grandes mutations… »

Cette fusion on peut l'appeler communisme pour autant qu'elle se traduise par la disparition définitive de la sauvagerie capitaliste à l'échelle mondiale, de son régime quotidien d'oppression économique, de misère physique et morale, de racisme et de discrimination sous toutes ses formes et toujours de guerres barbares.

 

Pantopolis, 28 juillet 2020.

 

Sources : Ph. BOURRINET, Un siècle de Gauche communiste «italienne» (1915-2015), Éditions moto proprio

(我的摩托车出版社), 2017.

Exposition Otto Freundlich (1878-1943), la révélation de l’abstraction

 

 

* Correspondance et/ou commandes : info@left-dis.nl

 

Otto Freundlich, Communisme cosmique, "Naissance de l'homme", 1919. Le communisme cherche à abolir toutes les frontières « entre le monde et le cosmos, entre les êtres humains, entre le tien et le mien, entre toutes les choses que nous voyons »

Otto Freundlich, Communisme cosmique, "Naissance de l'homme", 1919. Le communisme cherche à abolir toutes les frontières « entre le monde et le cosmos, entre les êtres humains, entre le tien et le mien, entre toutes les choses que nous voyons »

Commenter cet article