Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
pantopolis.over-blog.com

théorie politique

TCI : "Contre le génocide impérialiste en terre de Palestine ! Contre le capitalisme qui le nourrit"

Publié le 16 Mai 2021 par Pantopolis/TCI Battaglia comunista

Bombardements des deux côtés, Hamas et Tsahal. Aux roquettes et obus tirés sur le territoire israélien, répondent des frappes aériennes israéliennes et des tirs d'artillerie. Plus d'une centaine de morts côté palestinien (dont de nombreux enfants) et une dizaine côté israélien, dont un Palestinien et sa fille (photo : AFP)

Bombardements des deux côtés, Hamas et Tsahal. Aux roquettes et obus tirés sur le territoire israélien, répondent des frappes aériennes israéliennes et des tirs d'artillerie. Plus d'une centaine de morts côté palestinien (dont de nombreux enfants) et une dizaine côté israélien, dont un Palestinien et sa fille (photo : AFP)

Pas de "paix" au Moyen-Orient, sans l'abolition du capitalisme!

Nous publions cet appel - rédigé par la Tendance communiste internationalistes (TCI) - à l'internationalisme prolétarien, dans les deux camps impliqués dans le conflit en Palestine/Israël.

Des tirs de missiles (payés ou livrés par le Qatar! et l'Iran) auxquels répondent des bombardements aveugles, l'explosion de pogromes au sein même de populations arabes et juives qui coexistaient jusqu'à maintenant pacifiquement (Lod, Haïfa, Saint-Jean-d'Acre), telle est la terrible réalité d'une guerre sans fin sur laquelle soufflent les impérialismes du monde entier et dont les victimes sont toujours les prolétaires juifs et arabes.

La seule réponse à ces massacres sans fin ne peut être que la lutte de classe CONTRE LE CAPITALISME COMME SYSTEME. Aussi bien en Israël/Palestine qu'au Moyen-Orient et dans les principaux pays impérialistes (USA, France, Grande-Bretagne, Allemagne, Japon, Russie, Chine)!

Sans unité de classe des prolétaires juifs et arabes, contre "leur" Etat et sa classe dirigeante, les massacres ne cesseront de s'accumuler dans cette poudrière du Moyen-Orient. L'ennemi des prolétaires n'est pas seulement le Hamas islamiste, soutenu par l'Iran, et l'ultra-droite de Benyamin Netanyahou, soutenue par l'impérialisme US et l'Europe, c'est la classe capitaliste toute entière quelle que soit sa langue et sa religion!

Pantopolis.

Contre le génocide impérialiste en terre de Palestine !

Contre le capitalisme qui le nourrit

Les prolétaires palestiniens sont aujourd'hui des pions sur l’échiquier d’un affrontement impliquant les impérialismes régionaux : Israël, d'une part (soutenu par les USA et l'Europe); l'Iran, la Turquie, le Qatar, et partiellement l'Égypte..., d'autre part, qui financent, arment et utilisent les forces militaires du Hamas pour leurs propres intérêts géostratégiques.

Tant qu'il n'aura pas conquis son indépendance politique, le prolétariat ne sera toujours que de la chair à canon aux mains de « sa » bourgeoisie et des impérialismes existants.

Les intérêts des prolétaires palestiniens ne peuvent être réellement défendus que par la mise en avant de la lutte de classe anticapitaliste :

  • L'alliance des prolétaires arabes, israéliens ainsi que de ceux du Moyen-Orient contre leurs propres bourgeoisies.
  • La seule véritable solidarité réside toujours et uniquement dans la lutte de classe contre leurs propres patrons ainsi que dans la construction de la perspective révolutionnaire.
  • La seule véritable solution au conflit en Palestine est le pouvoir international des travailleurs.
  • Contre toute agression impérialiste.
  • Contre l'adhésion du prolétariat à des coalitions nationales.
  • Pour la défense des intérêts généraux de la classe.
  • Pour le parti international du prolétariat, instrument politique de la lutte de classe.
  • Pour le pouvoir prolétarien qui réalisera le communisme et mettra fin à cette horreur quotidienne faite de destructions, de guerres et de misère pour les prolétaires de Palestine et du monde entier.

Tract en ligne sur : www.leftcom.org/it  (Battaglia comunista, TCI), 16 mai 2021

Traduction : Pantopolis.

Commenter cet article