Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
pantopolis.over-blog.com

théorie politique

Appréciation critique du texte de Pantopolis (Anibal, Inter rev foro, Espagne)

Publié le 12 Avril 2022 par Anibal

Appréciation critique du texte de Pantopolis (Anibal, Inter rev foro, Espagne)

Que dire ? Que faire à présent?

1) La réaction de Pantopolis a été salutaire, elle montre qu'elle est consciente que ce qui se passe dans le capitalisme et la lutte des classes n'est pas une question mineure.  
Publier le texte de l'ICT et répondre à ce que l'ICT défend est aussi sain, évidemment.

2) Pantopolis affirme que ces comités que l'ICT appelle de ses vœux peuvent être artificiels  et se dégonfler rapidement :
"Pour que l'existence des comités anti-guerre corresponde à un mouvement historique profond - sinon leur artificialité les ferait se dégonfler comme de simples ballons - deux facteurs sont nécessaires".

 

L'important, c'est que les structures qui seront éventuellement formées, qu'il s'agisse de comités ou d'autres formes, soient conscientes de leurs limites et ne pratiquent ni un activisme creux et immédiat, ni un avant-gardisme de substitution, qui sont tous deux nuisibles, et qu'il est préférable de pouvoir discuter en public, de montrer dans ses médias publics une telle discussion et ses résultats, et si cela est fait sur une base solide, d'autres étapes et mesures pourront être prises.  
Ce qu'il faut exclure, c'est le bluff sectaire pour paraître radical et responsable.

Pantopolis déclare :

"Pour qu'un débat fructueux sur ces "comités non pas de guerre, mais de guerre de classe" puisse avoir lieu, deux questions sont essentielles.
Quelle forme peut prendre l'organisation politique du prolétariat, en noyaux et en partis, dont le but ne peut être que la prise du pouvoir pour mettre fin au capitalisme ?
 Les conseils d'ouvriers (mais aussi parfois de soldats), qui ont été la forme révolutionnaire adoptée par le prolétariat de 1917 à 1921, seront-ils la "forme de pouvoir enfin trouvée", pour unir des millions et des millions de prolétaires sur les cinq continents ?
L'émergence d'une organisation de masse du prolétariat pour détruire l'ensemble du capitalisme est la question brûlante des années 2020, qui doit être résolue rapidement pour éviter la troisième guerre mondiale impérialiste
."

Ma réponse est que le mouvement prolétarien contre le capitalisme a besoin d'organisations de classe de masse, qui coordonnent la lutte.  C'était les conseils, et qu'ils soient appelés ainsi ou non, ils ont besoin d'une dynamique révolutionnaire et de clarté. En outre, il est normal et approprié que les minorités communistes internationalistes s'organisent, que des formes de cela se concrétisent, et l'une d'entre elles, souhaitable, est la formation du Parti Mondial de la Révolution Communiste, sur des bases sérieuses, rigoureuses et précises : un tel parti doit s'impliquer dans le développement, la clarification et l'amélioration de la conscience prolétarienne, dans la promotion de l'avancement des positions et des méthodes de lutte du communisme révolutionnaire internationaliste, dans l'avancement mondial du processus d'indépendance de la classe ouvrière contre le capital, dans sa coordination pour devenir une force unie et capable. Ce parti n'aspire pas à prendre le pouvoir pour lui-même, mais à diriger le processus dans un sens révolutionnaire mondial. Il ne s'agit pas d'un parti bolchevique, modèle de substitution, mais il s'efforce d'être une véritable référence d'avant-garde du mouvement de la classe prolétarienne, qui l'aide à se défendre contre les idéologies et les forces bourgeoises, qui défend une méthode de pensée et de réponse, qui donne au prolétariat le pouvoir de s'émanciper en tant que classe par lui-même, mener à bien l'insurrection contre les États, les forces et les relations capitalistes et, par la suite, exercer la dictature révolutionnaire prolétarienne internationale, visant à l'émancipation et au dépassement des relations capitalistes, pour laquelle il est nécessaire de générer et de contrôler la production et la distribution communistes mondiales. Si cela n'est pas fait par les conseils de travailleurs et le parti en leur sein et comme vecteur social de la critique et de l'action communistes, le capital gagne.

Pantopolis considère qu'au cours de cette décennie, la question de la révolution doit être résolue, sous peine de déclencher la troisième guerre mondiale ("L'émergence d'une organisation de masse du prolétariat pour détruire l'ensemble du capitalisme est la question brûlante des années 2020, qui doit être résolue rapidement pour éviter la troisième guerre mondiale impérialiste").

Je considère qu'une telle guerre peut prendre encore plus d'années, que le capitalisme ne va pas s'y lancer en quelques années. La classe est dans un état déplorable, malgré certains mouvements de lutte à certains moments dans certaines parties du monde.  Mais le capital dispose encore d'une marge de manœuvre, générant évidemment des conséquences pernicieuses partout et exploitant intensément le prolétariat. Les armes nucléaires empêcheront-elles une telle troisième guerre ?  Ils ne le feront pas, mais leur présence et leur développement signifient que les blocs belligérants ne sauteront pas dedans au pied levé. La dissuasion nucléaire stratégique n'est pas bien comprise par de nombreuses expressions communistes internationalistes.
 

(Voir :
Les conditions d'une troisième guerre mondiale. Origine de nombreuses confusions.
https://inter-rev.foroactivo.com/t9052-condiciones-para-una-tercera-guerra-mundial-origenes-de-muchas-confusiones?highlight=guerra)

- De même, Pantopolis déclare :
"Les forces internationalistes sont très faibles, souvent dispersées, parfois rongées par le sectarisme le plus creux. Ils ne pourront trouver une capacité à s'affronter, à se regrouper, voire à s'unir, que si - hic et nunc - le prolétariat se réveille de son long sommeil et devient le seul géant capable de briser les chaînes de l'esclavage qui enserrent la surface de la terre".

C'est vrai et évident ce que dit Pantopolis, mais si ce réveil a lieu, il générera de meilleures conditions de possibilité pour surmonter ce sectarisme invétéré qui a fait et fait tant de dégâts, et pour l'émergence de nouvelles expressions communistes, mais seulement cela, il n'y a pas de nécessité inéluctable qui impose une clarté anti-sectaire, ce qui est nécessaire est une unification communiste internationale sur des bases méthodologiques, principielles, programmatiques, tactiques et stratégiques solides, lucides et précises, qui est promue par un tel réveil du prolétariat. Mais le sectarisme et la confusion, le doctrinarisme sectaire et l'idéologie confuse sont des cancers puissants qui exigent une réaction forte et capable des parties les plus saines et les plus avancées du mouvement, et une exigence notoire et élevée du mouvement et de ses éléments les plus actifs et les plus clarifiés envers les groupes et partis communistes internationalistes, qui se trouvera dans la position historique d'affronter la création d'une nouvelle Internationale communiste prolétarienne qui sera efficace et non pas un bluff, ni une manœuvre de maquillage du réformisme radicalisé, ni une tendance opportuniste qui répète les ravages de la Troisième Internationale communiste

Anibal, 11 avril 2022

 

Commenter cet article